Quels sont les impacts du stress et des heures supplémentaires sur les travailleurs de la santé?

Featured Image

Les longues heures de travail, les tâches physiquement éprouvantes et les conditions de travail dangereuses sont autant de facteurs qui contribuent à accroître le stress sur le lieu de travail et à miner les performances des employés du secteur de la santé. Quelles sont les conséquences sur le bien-être et les performances des employés à l’échelle de l’hôpital?

Les organismes comme les hôpitaux et les établissements de soins de santé qui nécessitent des quarts de travail 24 heures sur 24 – et qui viennent souvent avec leur lot de stress – ont avantage à mettre en place des mesures préventives afin de minimiser au maximum les sources de stress en milieu de travail et de limiter toutes les situations défavorables pouvant en découler.

Dans cet article publié dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ) les auteurs estiment que le stress professionnel élevé est le plus fortement associé au fait d’avoir un volume de travail trop important, d’avoir un nombre d’employés insuffisant pour effectuer le travail correctement, de ressentir une pression de respecter les échéanciers, de recevoir des demandes conflictuelles et d’avoir de la difficulté à concilier vie personnelle et vie professionnelle en raison des longues heures de travail.

 

Baisse de productivité

En tant que concept social, la productivité exige une mentalité de progrès, ainsi que le désir d’améliorer une situation donnée. Les infirmières productives seront enthousiastes à l’idée de relever des défis et de développer de nouvelles compétences. Elles prendront également des initiatives, feront preuve de leadership et résoudront des problèmes en faisant preuve de créativité.

D’autre part, les membres du personnel qui sont continuellement confrontés à des facteurs de stress dans l’exercice de leurs fonctions ont peu de chances d’être productifs ou d’avoir la motivation nécessaire pour améliorer leurs compétences. Il en va de même pour les employés avec un faible niveau d’énergie causé par de longues heures de travail et des quarts rapprochés. La basse productivité est souvent un symptôme que le moral et l’efficacité des employés sont compromis, et que des actions proactives doivent être mises en place afin de modifier certains paramètres de l’environnement de travail.

Ce concept n’est pas nouveau. En 1985, P.K. Wilke et al. ont publié « Stress and Productivity: Evidence of the Inverted U Function », dans lequel ils suggèrent qu’un niveau de stress optimal est requis pour maximiser les performances, mais que celles-ci déclinent si le seuil de stress est dépassé.

 

Augmentation de l’absentéisme

C.L. Cordes et T.W. Dougherty rapportent que le stress et l’épuisement professionnel sont associés à des résultats organisationnels négatifs comme l’absentéisme et un taux de roulement élevé du personnel. Si les employés sentent que le simple fait de se présenter au travail leur ajoutera du stress, ils perdront en motivation et tenteront d’éviter le travail. De plus, le stress chronique peut engendrer de nombreuses complications de santé, notamment de l’anxiété, de la dépression et des problèmes cardiovasculaires ou gastro-intestinaux. Les employés qui souffrent de ces maladies sont également susceptibles de prendre plus de congés de maladie, ce qui causera une augmentation de la charge de travail – et donc du niveau de stress – pour le reste des employés et, ultimement, une augmentation du nombre d’employés absents. Les conséquences liées à l’absentéisme incluent une baisse de productivité du personnel, une charge de travail mal répartie parmi les employés toujours en poste, ainsi qu’une augmentation des coûts administratifs et de main-d’œuvre en raison du nombre accru de quarts vacants devant être comblés.

 

Manque de concentration

Puisqu’elles travaillent dans des environnements à haute intensité, les infirmières doivent maintenir un haut niveau de vigilance tout au long de leurs quarts. Une personne épuisée ou trop stressée aura de la difficulté à se concentrer sur ses tâches, ce qui pourrait mettre en jeu sa propre sécurité ou même celle de ses collègues et des patients à sa charge. Le manque de concentration et la procrastination sont deux problèmes profondément ancrés dans le cœur des employés confrontés à des situations difficiles ou stressantes. Les infirmières devraient pouvoir concentrer leur attention sur le travail qu’elles ont à accomplir – sur une seule et unique priorité.

Dans une étude réalisée en Ontario
des chercheurs ont observé que le personnel hospitalier se tournait de plus en plus vers des distractions afin de mieux gérer son stress.

 

Risque élevé d’erreurs

Le stress et l’épuisement professionnel peuvent amener les infirmières à commettre davantage d’erreurs au travail. Lorsque les gens sont sous pression, ils peuvent involontairement poser des actions sans se soucier des conséquences directes ou des risques encourus. Dans le domaine médical, par exemple, le stress chronique peut parfois amener les employés à commettre des erreurs qui ont de graves répercussions sur les soins aux patients. Ces erreurs peuvent coûter à une organisation bien plus que du temps perdu et des frais généraux administratifs, et les dirigeants d’hôpitaux doivent tenter d’éviter ces situations à tout prix. Les facteurs de stress au travail nuisent directement à la productivité, entraînant des coûts inutiles et un gaspillage de ressources qui pourraient être affectées à des activités plus profitables.

Plus précisément, A.E. Rogers et al. ont découvert que « les risques de commettre une erreur étaient augmentés de manière significative lorsque les quarts de travail étaient plus longs que 12 heures, lorsque les infirmières faisaient des heures supplémentaires, ou lorsqu’elles travaillaient plus de 40 heures par semaine.

 

Faible satisfaction au travail

Les employés d’hôpitaux qui aiment vraiment leur travail seront prêts à faire un effort supplémentaire pour aider leur établissement. Les personnes qui apprécient leur environnement de travail ont tendance à arriver plus tôt, avec un état d’esprit positif, et à travailler de manière proactive tout au long de leurs quarts.

Cependant, le stress excessif et les heures supplémentaires peuvent avoir un impact négatif sur la satisfaction au travail, ce qui peut amener les employés à faire progressivement de moins en moins d’efforts pour passer à travers leur journée. Les employés dont la satisfaction au travail est basse sont également moins susceptibles de se porter volontaires pour accomplir des tâches supplémentaires, à moins qu’ils y soient obligés. Lorsque de telles situations affectent les performances d’un service en particulier, du personnel supplémentaire peut être nécessaire pour compenser la perte de productivité.

En effet, Kerry Fairbrother dans son article « Workplace dimensions, stress and job satisfaction » affirme que « la recherche appliquée indique des liens étroits entre les dimensions du lieu de travail, le stress et la satisfaction au travail ».

 

Mauvaise gestion du temps

Bon nombre des conséquences du stress et des heures supplémentaires, telles que la diminution de la satisfaction au travail et l’absentéisme, entraînent une mauvaise gestion du temps. Une infirmière qui est fatiguée et sous pression n’a généralement pas la motivation nécessaire pour hiérarchiser les tâches en fonction d’un échéancier particulier. Au lieu de cela, elles peuvent ne réaliser que les activités les plus urgentes et éviter les autres, afin d’atténuer le stress supplémentaire. Malheureusement, une mauvaise gestion du temps peut augmenter les facteurs de stress en milieu de travail, car les responsabilités s’accumulent et engendrent ce qui semble être une liste insurmontable de tâches à accomplir.

A.J. Ramirez et al. ont découvert que le fait de se sentir surchargé et les effets sur la vie à la maison, en plus du fait de se sentir mal encadré et de ne pas avoir accès à des ressources adéquates, représentaient des causes de stress associé à la fois à l’épuisement professionnel et à la morbidité psychiatrique.

 

Interactions professionnelles tendues

En 1985, P.K. Wilke et al. ont attribué le stress lié au travail à des problèmes de comportement, comme les mauvaises relations avec les collègues. Les relations tendues entre les employés sur le lieu de travail peuvent être une conséquence directe du stress et des heures supplémentaires qui affectent les membres du personnel infirmier. Par exemple, si un employé utilise souvent ses congés de maladie, les autres infirmières ont une charge de travail plus importante à répartir et peuvent commencer à en vouloir à leurs collègues pour les responsabilités supplémentaires qui en résultent. Les employés qui ont l’impression de devoir constamment prendre le relais de certains collègues peuvent devenir moins tolérants envers ces collègues ou leurs supérieurs. Dans de telles circonstances, de petites erreurs commises par les membres d’un service, qui seraient normalement abordées poliment, peuvent soudainement entraîner de graves conflits interpersonnels.

La technologie et les systèmes d’information conçus pour soutenir les hôpitaux ont le potentiel de venir en aide et d’optimiser le secteur des soins de santé. D’après un rapport annuel publié par Infoway en 2017-2018 « chaque année, les renseignements de santé connectés produisent actuellement environ : 5,9 millions d’heures économisées pour les prestataires et 189 millions de dollars de gains de productivité économique ».

 

VISIONNEZ NOTRE WEBINAIRE GRATUIT
AMÉLIORER LA GESTION DES HORAIRES POUR LE PERSONNEL DU RÉSEAU DE LA SANTÉ CANADIEN (Anglais seulement)

________________

SOULEVER LES 6 PRINCIPAUX PROBLÈMES DE GESTION DES HORAIRES DU PERSONNEL AUXQUELS FONT FACE LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS DE SANTÉ


Visionner la vidéo